Communiqué de la Fédération de Moselle

Communiqué de la Fédération des Centres Sociaux de Moselle
suite aux attentats du 13 novembre 2015.

Après les attaques meurtrières du vendredi 13 novembre 15 à Paris et au stade de France qui ont fait 129 morts et plus de 350 blessés, les centres sociaux et socioculturels de Moselle se réveillent sous le choc. Pendant un temps … le Silence.

Bénévoles, salariés du réseau mosellan sont profondément touchés par l’atrocité de l’évènement. Nos premières pensées vont aux victimes, à leurs familles et à leurs proches.

La tentation de la peur et du repli sur soi, est là… présente. Face à la situation qui s’impose à nous, aux habitants, aux 550 bénévoles et salariés du réseau, la Fédération des Centres sociaux et Socioculturels de Moselle refuse l’acceptation, l’indifférence, l’inaction.

Elle entend résolument poursuivre le sens de son action, localement, sur chaque territoire où les centres sociaux sont implantés, faire vivre plus fortement encore ses valeurs de Dignité des personnes, de Démocratie et de Solidarité.
Restons touchés, pour être en mouvement, maintenons dans nos mémoires que le 13 novembre 2015 nous concerne toutes et tous : bénévoles, administrateurs, salariés, collègues, amis, voisins, habitants de tous âges…citoyens de la République.

Nous affirmons l’accompagnement du pouvoir d’agir des personnes localement, au-delà des clivages que quelques uns veulent nous imposer : AGIR
– Pour continuer à préparer un autre projet de société avec les habitants des territoires mosellans,
– Pour promouvoir une vision du Monde où la mixité des parcours de vie, des cultures, des âges est une richesse pour les générations à venir,
– Pour faire barrage aux discours de haine en organisant la rencontre festive, l’échange, la construction du regard critique,
– Pour contribuer à la progression de notre petite et grande Histoire, ici et maintenant avec les compétences que nous détenons.

Le réseau des Centres Sociaux et Socioculturels de Moselle ne donnera pas raison à une pensée obscure, refuse la vision déterministe et met en œuvre, plus fortement encore, sa volonté de participer à l’écriture de belles histoires émancipatrices, qui reconnaissent la capacité des personnes à transformer les choses.

Metz, le 17 novembre 2015.
Le Conseil d’Administration Fédéral.

Publié par

Julien Bastide (modérateur)

chargé de communication FCSF / webmestre du site www.centres-sociaux.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *