Malades contre l’humanitude

Par Jalal Lahmar, trésorier de la Fédération centres sociaux et socioculturels des Hauts de Seine.

L’humanité devra mettre un terme à la guerre ou la guerre mettra un terme à l’humanité.
– J.F Kennedy

Le Prophète Mohamed a dit :
Que périssent les extrémistes, que périssent les extrémistes, que périssent les extrémistes.

La juste réaction serait de faire front commun. Un front commun au sein duquel un corps clairvoyant murmure une quête a l’injonction silencieuse a l’oreille des esprits d’humanitude pour ensemble travailler, éduquer et construire l’avenir et non pour réagir aux drames et le circonscrire a une unité nationale fracturée.

C’est une lumière, un art de vivre et une philosophie de l’homme qui se joue en ce siècle, symbole d’un besoin vivifiant d’admettre que notre monde n’est jamais assez habitable en humanité tant qu’il y aura des fous de mort.

Alors donnons un coeur a l’humanité, donnons un coeur a l’amour pour vivre d’espérance et se reposer de souvenirs brillés doucement dans les yeux de nos enfants comme la promesse d’être l’espoir dans les jours difficiles, comme un noeud qui nous tient a la vie.

2 réflexions au sujet de « Malades contre l’humanitude »

  1. Le soleil est ma vie
    La liberté sa conscience
    L’égalité son empreinte
    La fraternité ma raison

    Nous nous surprenons à regarder le ciel
    Quand les yeux sont transpercés par ces rayons de lumière
    et réfléchissent, ce que nul ne peut les empêcher de libérer,
    les premiers sentiers de l’humanité,

    où les larmes fleurent les idéaux presque charnels dans une fraiche rosée déposée par l’aurore d’une république vigoureuse.

    Là, siège mon droit au bonheur fermement convaincu : une république au pouvoir

    où je m’entends vivre en eux, morts pour elle, dans une musique infinie au chevet de nos âmes : Je suis soleil de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *